Covid-19 : Le dépistage se simplifie

Les tests antigéniques seront aussi disponibles pour un dépistage individuel, et remboursés pour les personnes présentants des symptômes. 

Un arrêté du samedi 17 octobre publié au Journal Officiel, autorise l’utilisation de tests antigéniques pour un dépistage individuel. Ces tests plus rapides que les test RT-PCR, étaient une des promesses d’Emmanuel Macron pour « réduire drastiquement les délais ». 

Des tests plus rapides

Le ministre de la Santé Olivier Véran, au lendemain de l’interview du chef de l’Etat annonçant le couvre-feu, a annoncé espérer que “d’ici à quelques semaines une personne qui aurait de la fièvre avec des signes respiratoires puisse être testée directement chez son médecin » avec les tests antigéniques. D’abord destiné à des opérations collectives de dépistage, le déploiement de ces tests rapides est désormais ouvert à un public plus large. Selon l’arrêté de samedi, ils peuvent désormais être réalisés pour un “dépistage individuel” par les médecins, pharmaciens ou infirmiers. 

Néanmoins, des conditions sont à remplir. Le test inclut certes les personnes « asymptomatiques, hors personnes contact ou personnes détectées au sein d’un cluster » et celles « symptomatiques« . Mais ces derniers ne peuvent réaliser un test antigénique que si un test RT-PCR ne peut être obtenu avant 48 heures et seulement si le test antigénique se déroule moins de quatre jours après les premiers symptômes. En outre, en cas de symptômes, il faut être âgé de moins de 65 ans et ne pas présenter de risque de développer une forme grave de Covid-19 pour accéder à ces nouveaux tests. Ces derniers peuvent être remboursés par la Sécurité Sociale sous condition et uniquement pour des personnes présentant des symptômes.

Evidemment, les opérations de dépistage massif ne sont pas pour autant annulées. Au contraire, Jean-Baptiste Djebarri, le ministre des Transports, a annoncé la réalisation de tests antigéniques dans les aéroports français « d’ici la fin octobre ». D’après le ministre, les tests devraient être utilisés « notamment au départ vers des destinations comme les États-Unis ou l’Italie, et à l’arrivée sur des pays rouges, de façon à ce qu’on n’ait plus des personnes qui rentrent de pays rouges dans le territoire français sans être testées ». 

Quelle différence entre les tests ?

La couverture médiatique laisse penser qu’il n’existe que deux tests. En réalité, quatre tests sont autorisés pour dépister le coronavirus : Le test RT-PCR est le plus connu, le test antigénique, le test salivaire et le test sérologique. Mais les deux qui sont le plus fréquemment utilisés sont le test PCR et l’antigénique. 

Le PCR est réalisé grâce à un écouvillon, un “gros coton-tige”, enfoncé loin dans le nez. Ce test est très fiable, car il détecte le matériel génétique du virus. Mais les écouvillons doivent être analysés en laboratoires, avec des machines rares et coûteuses. Un temps d’attente relativement long est nécessaire, d’où les retards dans la délivrance des résultats. En revanche, le test est remboursé pour tout le monde, avec ou sans symptôme. 

Quant au test antigénique, son principal atout est sa rapidité. Réalisables à la pharmacie ou chez un médecin, ces tests donnent leur résultat en 10 à 30 minutes. Tout comme le PCR, le prélèvement pour ce nouveau test se fait dans le nez, grâce à un écouvillon. Pourquoi alors sont-ils plus rapides ? A l’inverse du test PCR, il n’y a pas besoin d’analyses en laboratoire. Le test antigénique détecte les protéines de structure du virus, pas son ARN qui est son matériel génétique. Comme pour un test de grossesse, le résultat s’affiche grâce à une réaction chimique sur une bandelette, interprété par un système de barres : 1 barre c’est négatif, 2 c’est positif. Le résultat positif à ce test est fiable.

Mais La Haute Autorité de santé (HAS) a souligné qu’en cas de test négatif, il y avait une petite probabilité de passer à côté d’une infection. Cela porte davantage à conséquence pour les patients à risque de développer une forme grave de la maladie pour qui le test PCR reste le meilleur dépistage.

Pour savoir comment réagir en cas de doute, retrouvez notre vidéo : Coronavirus, que faire si j’ai un doute ?