Zenest, le massage en Work in Progress!

Zenest, la plateforme qui permet de réserver en quelques clics un massage à domicile ou directement sur le lieu de travail.

Des massages à domicile, seul ou en couple, à la carte et même à la dernière minute, c’est possible avec la plateforme Zenest qui permet de réserver en quelques secondes un massage bien-être avec un praticien agréé, avec des formules modulables. La plateforme propose 4 types de massage pour le domicile : Californien, Suédois, Deep Tissue et Prénatal. Pour les entreprises, la start-up propose deux types de massages qui se pratiquent sur une chaise de massage, sans huile et habillé.

Le massage en entreprise, la nouvelle tendance!

Le massage en entreprise se doit d’être court, accessible à tous et relaxant. Le massage amma assis – pratiqué traditionnellement au Japon depuis des centaines d’années – apparaît donc comme le type de massage le plus adapté à réaliser dans un cadre professionnel. 

Le masseur apporte une chaise ergonomique ou table de massage, pose quelques questions au salarié pour vérifier qu’il ne présente pas de contre-indication et pour connaître ses points de tension.

Dans le cadre d’un massage amma assis, le masseur commence la pratique par les épaules et le haut du dos, puis descend progressivement jusqu’au bas du dos. Il s’attarde ensuite sur les mains et les bras, puis remonte au niveau des cervicales et du crâne pour dénouer les dernières tensions.

Quels sont les bienfaits du massage en entreprise?

Selon Zenest, le massage en entreprise peut avoir des bienfaits multiples sur les employés : réduction du stress, soulagement des tensions musculaires dues au stress et à une mauvaise position de travail, hausse de la motivation et de la productivité, amélioration de la concentration.

Se soucier du bien-être des salariés comporte de nombreux avantages pour les managers : amélioration de l’image et de la considération des employés vis-à-vis de l’entreprise, réduction de l’absentéisme et des arrêts-maladie, meilleure ambiance de travail.

Zenest propose des séances individuelles et collectives adaptées aux envies et besoins des entreprises. Auto-massage, sophrologie, méditation pleine conscience, yoga ou pilate…

Relaxés et détendus, les salariés sont prêts à affronter le reste de la journée sans stress !

Livraison de colis au bureau, une pratique en vogue

Nous passons environ 200 jours par an au travail. La tentation est forte de se faire livrer au bureau. Mais est-ce une utilisation à titre personnel des ressources de l’entreprise ?

Se faire déposer des colis dans son entreprise, c’est la tendance qui monte. Cette pratique est aujourd’hui largement adoptée par les jeunes. Ils sont 33% à se faire livrer au bureau contre 24% seulement chez les seniors. Cette nouvelle habitude est également plus marquée chez les CSP+ et chez les urbains. 

Que dit le Code du Travail sur la livraison de colis au bureau ?

Dans le Code du Travail, nulle mention d’une réglementation sur la livraison de colis au bureau. Rien ne s’oppose a priori à cette pratique.

Les colis livrés sur votre lieu de travail sont présumés « professionnels » comme n’importe quel autre type de courrier. Votre employeur peut donc les ouvrir, à moins qu’ils ne portent la mention « personnel » ou « confidentiel ». Attention à ne pas vous faire livrer des choses « trop » personnelles.

En outre, vous devez vous assurer que le colis ne soit pas trop volumineux et que la livraison soit effectuée lorsque vous êtes présent dans les locaux et non pendant vos congés.

L’employeur peut-il interdire la livraison de paquets sur le lieu de travail ?

Si votre direction estime que la livraison de ces commandes perturbe le bon fonctionnement de l’entreprise et plus précisément du service courrier, rien ne l’empêche de prévoir, soit dans le règlement intérieur de l’entreprise, soit par une note de service, l’interdiction de cette pratique. Les livraisons peuvent présenter un surcroît de travail pour la personne chargée de la réception et nécessiter un espace de stockage. 

Avec le boom de l’e-commerce, les entreprises vont devoir s’adapter. Un sondage mené par l’Ifop pour BNP Paribas Real Estate indiquait que quelque 5,3 millions de salariés prévoyaient pour leurs achats de Noël d’avoir recours à la livraison sur leur lieu de travail. Du reste, plus du tiers des personnes interrogées attendent que leur entreprise facilite la réception des colis. Pour l’heure, les adeptes de cette pratique avouent qu’ils peuvent être freinés par « le manque de confidentialité de leurs achats » et « les remarques que peuvent faire les collègues et les supérieurs ».

Après l’open space, le flex office?

Ne pas avoir de bureau attitré et changer de place tous les jours, voici le principe du flex office (bureau flexible en français). Les nouveaux modes de travail (nomadisme, télétravail, collaboratif…) poussent les entreprises à repenser leur organisation.

L’aménagement de l’espace de travail est un véritable casse-tête pour les entreprises. Souvent bruyant et inconfortable, le traditionnel open space ferait peser des risques sur la santé psychique et physique des salariés. D’où l’évolution vers le flex office. Mais ce concept séduit autant qu’il suscite la polémique.

Réduire de 30% le nombre de postes de travail

Trouver le juste équilibre entre espaces privatifs et ouverts. Une logique à laquelle tente de répondre le flex office, un nouveau type d’aménagement qui se caractérise, notamment, par le fait que les salariés n’ont plus de bureau attitré. En contrepartie, ils disposent d’une palette de lieux adaptés à leurs différents besoins.

Des open spaces plus petits qui préservent le silence, des alcôves individuelles où se concentrer ou encore des bulles feutrées pour téléphoner à l’abri des oreilles indiscrètes.

Ceux qui ont besoin d’interagir avec d’autres collègues disposent de salles de réunion pourvues de chaises et tables hautes, de sièges assis-debout ou de canapés. Pour limiter les coûts de ce type d’aménagement, le flex office passe par la réorganisation des espaces et par la réduction du nombre de postes de travail disponibles. De l’ordre de 30% en général. Cette réduction tient compte du fait qu’une partie des collaborateurs, tels que les commerciaux ou les formateurs, sont régulièrement en déplacement.

Le flex office, générateur de tensions ?

Censé fluidifier les relations, ce nouveau mode de travail conduirait plutôt à une communication de plus mauvaise qualité, avec une inflation de mails. A la longue, changer chaque jour de bureau crée des tensions de toutes sortes. Pour les limiter, des entreprises proposent des systèmes de réservation, notamment via des applis. Ce qui n’empêche pas certains de s’incruster au même endroit tous les jours ou de ruser pour échapper à la rotation obligatoire.

La perte d’un bureau peut créer une instabilité émotionnelle et physiologique importante chez les salariés. Pour que le flex office soit accepté, il est indispensable d’associer les employés en amont du projet d’aménagement et de bien analyser leurs besoins.