La luminothérapie contre les maux de l’hiver ?

En hiver les jours raccourcissent, nous nous sentons fatigués, notre motivation est au plus bas, notre moral en berne et notre productivité, au ralenti. Et si la luminothérapie permettait de lutter contre ?

En France, près d’une personne sur vingt souffrirait du blues hivernal. La luminosité chute de 100 000 lux l’été à 10 000 lux l’hiver. Or, notre horloge biologique est en grande partie rythmée par la luminosité ambiante naturelle. Quand le soleil se couche, notre cerveau sécrète de la mélatonine, un neurotransmetteur qui déclenche notre besoin de dormir. Puis quand le soleil se lève, le cerveau reçoit le signal inverse et la production de mélatonine s’arrête. En hiver, c’est le réveil qui nous tire de notre lit et non le soleil. Nous devons donc lutter puisque la production de mélatonine continue et que les mécanismes diurnes comme la production de dopamine, hormone de la performance, ont du mal à prendre le relais.

Une exposition de 20 à 30 minutes par jour, le matin, sous une lampe de luminothérapie homologuée suffit pour lutter contre la dépression saisonnière ou encore les insomnies.

Une exposition de 20 à 30 minutes est suffisante

D’où l’intérêt de la luminothérapie. Elle serait aussi efficace que les antidépresseurs. En imitant l’intensité lumineuse estivale, la technologie pourra permettre de stopper la sécrétion de mélatonine et ainsi nous réveiller totalement.

La source lumineuse doit être placée à la hauteur des yeux (à 50 centimètres environ). Privilégiez les marques de confiance et assurez-vous que ce soit une lampe d’une intensité d’au moins 5000 lux. Il est conseillé de l’utiliser plutôt le matin mais de nombreuses études montrent qu’on peut le faire à toute heure, car ce qui compte c’est la quantité de photons reçus par jour. La luminothérapie est à éviter chez tous ceux qui souffrent d’un glaucome, d’une conjonctivite ou ont une rétine malade.

Bien choisir son matériel

Comment faire le tri dans la jungle commerciale qui entoure cette technologie ? Plusieurs points importants garantissent l’efficacité de la lampe : un éclairement à la lumière blanche de 5000 lux minimum, un écran à diffusion homogène, un filtre UV, une diffusion vers le bas pour éviter l’éblouissement et la présence des normes UL et C-UL. 

Pour obtenir un effet thérapeutique sur une dépression saisonnière (ou chronique), il est conseillé d’opter pour une lampe de luminothérapie plutôt que de simples ampoules. Il existe des lampes de luminothérapie à poser sur le bureau (comme la lampe Arabica ou Brightspark, ou encore la lampe de bureau Lumie Desk) et des lampes de luminothérapie « collective », pour profiter à plusieurs de séances de lumière du jour (comme la Mesa Mega). Enfin, si vous êtes sans cesse en déplacement dans votre travail, optez pour la Luminette, une lampe de luminothérapie portative qui se porte comme des lunettes, elle vous permettra d’effectuer votre séance où bon vous semble.

Télétravail : Les 8 commandements

La période de confinement que connaît la France à cause du Covid-19 change les conditions de travail. Comment être efficace en télétravail ? Ces 8 commandements tu suivras.

Si le télétravail ponctuel gagne de plus en plus d’adeptes en France, la situation exceptionnelle que vit le pays révolutionne nos habitudes de travail. En effet, ce n’est pas la même chose de bosser depuis chez soi le vendredi en ayant bien préparé les tâches qu’on peut faire depuis la maison et se retrouver plusieurs semaines bloqué avec son conjoint et/ou les enfants !

Les 8 commandements pour être au top du télétravail

1 – “La discipline est mère du succès.”

(Eschyle, grand dramaturge de la Grèce antique)

2 – Imposez-vous des horaires de travail identiques à ceux que vous avez en temps normal. Cela concerne évidemment aussi l’heure des repas.

3 – Habillez-vous comme pour aller travailler avant de commencer votre journée. Pas de pyjama-travail !

Le fait de s’habiller permet psychologiquement de donner un rythme à sa journée (la cravate n’est pas obligatoire).

4- Délimitez un endroit où vous travaillez (dans la mesure du possible), un lieu ou un objet, un canapé, un bureau….

5 – Attention à votre posture. Elle risque d’être différente de celle que vous avez au bureau, vous pourriez être victime de troubles musculosquelettiques (TMS). Evitez d’être affalés dans le canapé et faites quelques exercices à la maison pour vous dégourdir les muscles.

6 – Parlez-vous !

On le sait, Homo Sapiens est animal social qui a besoin de parler et d’échanger pour vivre. Vous devez donc garder de vrais contacts réguliers avec vos collègues pour ne pas glisser vers un isolement néfaste pour votre moral.

Privilégiez donc les messageries vidéo aux coups de fils et aux emails pour simuler la présence de vos collaborateurs.

7 – Mettez régulièrement le nez à la fenêtre, dans votre jardin… Mais uniquement chez vous, pour ne contaminer personne. Stimulez ainsi la production de vitamine D. 

8 – Faites régulièrement des pauses, offrez-vous des instants rien qu’à vous, comme la pause café. Télétravailler c’est comme travailler au bureau ! 

Vous pouvez aussi opter pour la luminothérapie

Bon courage à tous !