La luminothérapie contre les maux de l’hiver ?

En hiver les jours raccourcissent, nous nous sentons fatigués, notre motivation est au plus bas, notre moral en berne et notre productivité, au ralenti. Et si la luminothérapie permettait de lutter contre ?

En France, près d’une personne sur vingt souffrirait du blues hivernal. La luminosité chute de 100 000 lux l’été à 10 000 lux l’hiver. Or, notre horloge biologique est en grande partie rythmée par la luminosité ambiante naturelle. Quand le soleil se couche, notre cerveau sécrète de la mélatonine, un neurotransmetteur qui déclenche notre besoin de dormir. Puis quand le soleil se lève, le cerveau reçoit le signal inverse et la production de mélatonine s’arrête. En hiver, c’est le réveil qui nous tire de notre lit et non le soleil. Nous devons donc lutter puisque la production de mélatonine continue et que les mécanismes diurnes comme la production de dopamine, hormone de la performance, ont du mal à prendre le relais.

Une exposition de 20 à 30 minutes par jour, le matin, sous une lampe de luminothérapie homologuée suffit pour lutter contre la dépression saisonnière ou encore les insomnies.

Une exposition de 20 à 30 minutes est suffisante

D’où l’intérêt de la luminothérapie. Elle serait aussi efficace que les antidépresseurs. En imitant l’intensité lumineuse estivale, la technologie pourra permettre de stopper la sécrétion de mélatonine et ainsi nous réveiller totalement.

La source lumineuse doit être placée à la hauteur des yeux (à 50 centimètres environ). Privilégiez les marques de confiance et assurez-vous que ce soit une lampe d’une intensité d’au moins 5000 lux. Il est conseillé de l’utiliser plutôt le matin mais de nombreuses études montrent qu’on peut le faire à toute heure, car ce qui compte c’est la quantité de photons reçus par jour. La luminothérapie est à éviter chez tous ceux qui souffrent d’un glaucome, d’une conjonctivite ou ont une rétine malade.

Bien choisir son matériel

Comment faire le tri dans la jungle commerciale qui entoure cette technologie ? Plusieurs points importants garantissent l’efficacité de la lampe : un éclairement à la lumière blanche de 5000 lux minimum, un écran à diffusion homogène, un filtre UV, une diffusion vers le bas pour éviter l’éblouissement et la présence des normes UL et C-UL. 

Pour obtenir un effet thérapeutique sur une dépression saisonnière (ou chronique), il est conseillé d’opter pour une lampe de luminothérapie plutôt que de simples ampoules. Il existe des lampes de luminothérapie à poser sur le bureau (comme la lampe Arabica ou Brightspark, ou encore la lampe de bureau Lumie Desk) et des lampes de luminothérapie « collective », pour profiter à plusieurs de séances de lumière du jour (comme la Mesa Mega). Enfin, si vous êtes sans cesse en déplacement dans votre travail, optez pour la Luminette, une lampe de luminothérapie portative qui se porte comme des lunettes, elle vous permettra d’effectuer votre séance où bon vous semble.

blue monday

« Blue Monday » : le pire jour de l’année?

Le troisième lundi du mois de janvier serait le pire jour de l’année. Coup de com’ ou ressenti, le Blue Monday rencontre chaque année un véritable succès sur les réseaux sociaux.

Le « Blue Monday » ou « lundi blues » a fait son apparition en 2005 à la suite d’une étude réalisée par Cliff Arnal, psychologue et professeur à l’université de Cardiff (Pays de Galles). Une étude qui ne repose finalement sur aucun élément scientifique. A l’aide d’une formule farfelue, le psychologue a établi que le troisième lundi du mois de janvier était le pire jour de l’année, le plus déprimant.

Les données de l’équation : début de semaine, fin de mois difficile, manque de lumière, période post-fêtes et bonnes résolutions pas toujours faciles à tenir. Cette étude bien qu’élaborée, n’était en réalité qu’un gigantesque coup de communication financé par une agence de voyage, le but étant d’inciter les gens à voyager en période creuse. Le troisième lundi de janvier serait donc tout aussi morose que les autres lundis d’hiver. 

Quelques chiffres

L’intérêt des Français pour le « Blue Monday » a été multiplié par 10 entre 2013 et 2020. Près de 600 000 publications sont associées au hashtag #bluemonday sur Instagram. Les femmes sont 4 fois plus concernées que les hommes par les « coups de déprime » ou les épisodes de dépression saisonniers. La plupart des symptômes (tendance à la suralimentation, léthargie et humeur dépressive) sont en fait liés à un manque de lumière naturelle. 

Activité physique et manager du bonheur

Pour remédier au blues hivernal, il faut s’exposer à la lumière, bien dormir, faire du sport, manger équilibré et passer du temps avec ses proches. Pour surmonter le manque de luminosité, il faut passer davantage de temps en extérieur pendant la journée et s’offrir des temps de déconnexion.

Pour redonner le sourire à leurs collaborateurs, certaines entreprises font appel à des managers du bonheur, plus communément appelés Chief Happiness Officer (CHO). Ils ont pour mission de veiller à ce que chacun soit heureux dans son travail. En collaboration avec chaque salarié, ils doivent détecter le moindre dysfonctionnement ou ressenti de souffrance et proposer une solution pour améliorer la situation, pour qu’aucun jour ne soit plus jamais bleu

Télétravail : Les 8 commandements

La période de confinement que connaît la France à cause du Covid-19 change les conditions de travail. Comment être efficace en télétravail ? Ces 8 commandements tu suivras.

Si le télétravail ponctuel gagne de plus en plus d’adeptes en France, la situation exceptionnelle que vit le pays révolutionne nos habitudes de travail. En effet, ce n’est pas la même chose de bosser depuis chez soi le vendredi en ayant bien préparé les tâches qu’on peut faire depuis la maison et se retrouver plusieurs semaines bloqué avec son conjoint et/ou les enfants !

Les 8 commandements pour être au top du télétravail

1 – “La discipline est mère du succès.”

(Eschyle, grand dramaturge de la Grèce antique)

2 – Imposez-vous des horaires de travail identiques à ceux que vous avez en temps normal. Cela concerne évidemment aussi l’heure des repas.

3 – Habillez-vous comme pour aller travailler avant de commencer votre journée. Pas de pyjama-travail !

Le fait de s’habiller permet psychologiquement de donner un rythme à sa journée (la cravate n’est pas obligatoire).

4- Délimitez un endroit où vous travaillez (dans la mesure du possible), un lieu ou un objet, un canapé, un bureau….

5 – Attention à votre posture. Elle risque d’être différente de celle que vous avez au bureau, vous pourriez être victime de troubles musculosquelettiques (TMS). Evitez d’être affalés dans le canapé et faites quelques exercices à la maison pour vous dégourdir les muscles.

6 – Parlez-vous !

On le sait, Homo Sapiens est animal social qui a besoin de parler et d’échanger pour vivre. Vous devez donc garder de vrais contacts réguliers avec vos collègues pour ne pas glisser vers un isolement néfaste pour votre moral.

Privilégiez donc les messageries vidéo aux coups de fils et aux emails pour simuler la présence de vos collaborateurs.

7 – Mettez régulièrement le nez à la fenêtre, dans votre jardin… Mais uniquement chez vous, pour ne contaminer personne. Stimulez ainsi la production de vitamine D. 

8 – Faites régulièrement des pauses, offrez-vous des instants rien qu’à vous, comme la pause café. Télétravailler c’est comme travailler au bureau ! 

Vous pouvez aussi opter pour la luminothérapie

Bon courage à tous !

Zenest, le massage en Work in Progress!

Zenest, la plateforme qui permet de réserver en quelques clics un massage à domicile ou directement sur le lieu de travail.

Des massages à domicile, seul ou en couple, à la carte et même à la dernière minute, c’est possible avec la plateforme Zenest qui permet de réserver en quelques secondes un massage bien-être avec un praticien agréé, avec des formules modulables. La plateforme propose 4 types de massage pour le domicile : Californien, Suédois, Deep Tissue et Prénatal. Pour les entreprises, la start-up propose deux types de massages qui se pratiquent sur une chaise de massage, sans huile et habillé.

Le massage en entreprise, la nouvelle tendance!

Le massage en entreprise se doit d’être court, accessible à tous et relaxant. Le massage amma assis – pratiqué traditionnellement au Japon depuis des centaines d’années – apparaît donc comme le type de massage le plus adapté à réaliser dans un cadre professionnel. 

Le masseur apporte une chaise ergonomique ou table de massage, pose quelques questions au salarié pour vérifier qu’il ne présente pas de contre-indication et pour connaître ses points de tension.

Dans le cadre d’un massage amma assis, le masseur commence la pratique par les épaules et le haut du dos, puis descend progressivement jusqu’au bas du dos. Il s’attarde ensuite sur les mains et les bras, puis remonte au niveau des cervicales et du crâne pour dénouer les dernières tensions.

Quels sont les bienfaits du massage en entreprise?

Selon Zenest, le massage en entreprise peut avoir des bienfaits multiples sur les employés : réduction du stress, soulagement des tensions musculaires dues au stress et à une mauvaise position de travail, hausse de la motivation et de la productivité, amélioration de la concentration.

Se soucier du bien-être des salariés comporte de nombreux avantages pour les managers : amélioration de l’image et de la considération des employés vis-à-vis de l’entreprise, réduction de l’absentéisme et des arrêts-maladie, meilleure ambiance de travail.

Zenest propose des séances individuelles et collectives adaptées aux envies et besoins des entreprises. Auto-massage, sophrologie, méditation pleine conscience, yoga ou pilate…

Relaxés et détendus, les salariés sont prêts à affronter le reste de la journée sans stress !

Hygiène de vie et moral, tout est lié?

L’alimentation, le sommeil, l’activité physique, l’utilisation des réseaux sociaux affectent-ils notre mental ?

Une bonne hygiène mentale passe avant tout par une bonne hygiène de vie. Avoir une alimentation saine et équilibrée a des effets positifs sur notre moral. Pratiquer une activité physique régulière aide à lutter contre le stress, l’anxiété, les addictions et augmente notre productivité. Respecter notre horloge biologique en dormant à des heures régulières améliore la qualité de notre sommeil. Passer trop de temps sur les réseaux sociaux provoque une perte de concentration et favorise le sentiment d’isolement et de solitude. Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour un meilleur mental ?

La santé mentale commence dans notre assiette ?

Plusieurs études ont démontré qu’une mauvaise alimentation serait un facteur de risque de dépression.

Une alimentation saine et équilibrée aurait une influence sur notre flore intestinale dont les bactéries pourraient jouer un rôle sur notre santé mentale.

Un régime riche en fruits, légumes, poissons, légumineuses et oléagineux, permettrait d’améliorer l’humeur et les symptômes de dépression.  

Le sport, un anti-stress naturel ?

Le sport constitue un moyen de prévention efficace contre les maladies mentales en limitant l’impact négatif du stress sur notre cerveau. Quand nous faisons du sport, notre cerveau est mieux irrigué et oxygéné, ce qui stimulerait l’activité des neurotransmetteurs jouant un rôle dans le contrôle de nos émotions. Selon une étude de Goodwill Management, un cabinet de conseil en performance économique responsable, un salarié qui pratique une activité sportive augmenterait sa productivité entre 5,7 % et 8,6 %. La pratique en groupe est également intéressante, car elle associe les bienfaits de l’activité physique à ceux de l’échange avec d’autres personnes. Pratiquées en complément des activités d’endurance, certaines gymnastiques ou activités corporelles douces, comme le yoga, peuvent aussi avoir des effets positifs.

Se coucher tôt pour garder le moral ?

Un sommeil de mauvaise qualité ou insuffisant amplifie les troubles de l’humeur et l’anxiété. Le manque de sommeil peut influencer profondément notre santé mentale et avoir un impact sur notre niveau d’énergie et notre motivation, diminuant notre capacité à faire face au stress. Il peut aussi nous rendre plus irritable et augmenter les risques de tristesse et de mauvaise humeur, et causer une certaine léthargie.

Les réseaux sociaux rendent-ils malheureux ?

Même un usage modéré des réseaux sociaux pourrait avoir un impact négatif sur notre santé mentale. Parmi les effets néfastes qu’ils engendreraient, diverses études pointent notamment du doigt : une baisse de notre capacité de concentration, une détérioration de la qualité de notre sommeil, un impact négatif sur notre estime personnelle et notre confiance en soi, une augmentation des risques de dépression, du sentiment d’isolement et de solitude, et une surcharge d’information pour notre cerveau. Il est donc essentiel, pour le moral, d’entretenir ou de développer son réseau de relations : voir ses amis, sa famille, ses collègues, participer à des activités collectives.