Deux-roues: quels équipements obligatoires?

Conduire un deux-roues vous oblige à porter, mais également à posséder certains équipements sur votre véhicule. Lesquels?

En deux-roues, la carrosserie n’existe pas, un accident de la route présente donc beaucoup plus de risques pour le conducteur que pour un automobiliste, même à vitesse réduite. Un choc à 45 km/h équivaut à une chute du troisième étage, soit environ 10 mètres. Vos vêtements et accessoires sont vos seules protections en cas d’accident. Pour des raisons de sécurité, certains équipements sont obligatoires et leur défaut est sanctionné par le code de la route.

Les équipements obligatoires 

Les traumatismes crâniens sont la cause principale de handicaps lourds et de décès parmi les motocyclistes. Un casque homologué, correspondant à votre morphologie, de préférence intégral, ajusté, bien attaché et en bon état est obligatoire. Ne collez rien sur votre casque. Remplacez-le tous les 5 à 7 ans ou à la suite d’un choc. L’usure, le soleil et les intempéries altèrent les qualités de la coque. Le non-port du casque est sanctionné d’une amende de troisième classe et du retrait de 3 points sur le permis de conduire.

En cas d’accident, de collision avec un autre véhicule ou de simple chute, les mains sont très souvent les premières parties du corps exposées au risque de traumatisme (choc) ou de brûlure (abrasion contre le bitume).

Des gants certifiés avec un bon serrage au poignet pour une bonne étanchéité sont obligatoires. En cas de contrôle, le conducteur s’expose à une amende de 68 euros, minorée à 45 euros en cas de paiement dans les 15 jours (prix moyen d’une paire de gants certifiés CE) et le retrait d’1 point sur son permis de conduire. Le passager du deux-roues motorisé peut également être verbalisé.

Un gilet de haute visibilité. Depuis le 1er janvier 2016, le gilet de haute visibilité, couramment appelé « gilet jaune » est obligatoire et fait partie de l’équipement réglementaire du motocycliste. En cas d’accident ou de panne, celui-ci doit être revêtu afin d’être plus visible et d’alerter ainsi les autres usagers de la route d’un danger potentiel. Lorsqu’ils circulent la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, tout conducteur ou passager d’un deux-roues motorisé doit porter hors agglomération un gilet de haute visibilité conforme à la réglementation.

Quels équipements sont obligatoires pour le véhicule?

Les plaques d’immatriculation. Depuis le 1er juillet 2017, les plaques d’immatriculation des deux, trois-roues motorisés et des quads ont été uniformisées au format unique 21cm × 13 cm. Tout conducteur de véhicule contrôlé avec une plaque non conforme, illisible ou amovible sera sanctionné d’une amende de 4ᵉ classe (135 €).

Éclairages du véhicule. Tout deux-roues motorisé doit être équipé au minimum : d’un feu de route ; d’un feu de croisement ; d’un feu de position arrière et avant ; d’un feu stop. Tous doivent être en état de fonctionner. Le non-respect de ces obligations est passible d’une contravention et l’immobilisation du véhicule peut être prescrite si les feux ne fonctionnent pas.

Connaissez-vous les infractions à vélo?

Feu rouge, stop, circulation en sens interdit, oreillettes… ces infractions peuvent vous coûter très cher.

135 euros d’amende pour avoir utilisé des écouteurs sur son vélo. C’est la mésaventure qu’a vécue le premier adjoint de la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire (PS), le printemps dernier. « Je viens de prendre une amende de 135€ pour port d’oreillette sur un vélo. Je l’ignorais, j’ai compris maintenant », a-t-il raconté sur Twitter. Une infraction méconnue parmi tant d’autres… Même si le Code de la route n’a pas été spécialement conçu pour la pratique du vélo, les cyclistes sont soumis aux mêmes règles que les autres usagers de la route. Et la police est de moins en moins tolérante car le nombre d’accidents impliquant des bicyclettes augmente chaque année.

Que risque-t-on en commettant des infractions à vélo ?

En cas d’infraction commise à vélo, vous ne risquez pas de retrait de points sur votre permis si vous avez le permis de conduire. Toutefois, si vous commettez une infraction grave, le juge peut vous interdire de conduire tout véhicule à moteur, y compris une voiture sans permis, pendant 5 ans au plus. En cas de conduite en état d’ivresse ou de mise en danger de la vie d’autrui, notamment. 

Amendes de 22 à 135 euros

Commettre une infraction à vélo est sanctionné par une amende. Par exemple, si vous conduisez tout en téléphonant, il vous en coûtera 90 euros. Circuler à vélo de nuit sans gilet de haute visibilité vous expose à une amende de 22 euros. Si votre dispositif de freinage n’est pas conforme, ce sera 45 euros.

La liste des infractions est longue
  • rouler dans une voie de bus quand la réglementation ne le permet pas 
  • ne pas laisser un bus quitter son arrêt 
  • changer de voie dans un embouteillage pour avancer plus vite 
  • ne pas respecter la signalisation au sol 
  • ne pas contrôler sa vitesse 
  • franchir une ligne blanche 
  • ne pas rester sur sa droite en conduite normale 
  • ne pas rouler sur une piste cyclable obligatoire ou ne pas rouler à allure réduite dans une zone piétonne 
  • se faire tirer par un autre vélo ou tout autre véhicule 
  • rouler à plus de deux de front sur la chaussée

Y a-t-il des équipements obligatoires ?

Le port du casque n’est pas obligatoire pour les cyclistes adultes. En revanche, cette obligation s’applique pour « les enfants de moins de 12 ans, qu’ils soient conducteurs ou passagers », précise le Code de la route. Une amende de 135 € pourra alors s’appliquer à l’adulte qui accompagne ou transporte un enfant sans casque. Votre vélo doit être en bon état et comporter obligatoirement une sonnette, des freins à l’avant et à l’arrière. Pareil pour les feux : un à l’avant blanc et un à l’arrière rouge. Sans oublier les réflecteurs (catadioptres) orange sur le côté.