Les points-clés du bien-être au travail

Le bien-être au travail est un éléments clé de la réussite en entreprise. Plus les salariés sont heureux, plus ils sont efficaces et productifs, plus l’entreprise améliore ses performances.

Le Larousse définit le bien-être comme « un état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit ». Ce n’est donc pas qu’une affaire de santé, d’ergonomie et de conditions matérielles. D’après le sondage OpinionWay « Les Français et le bien-être au travail », le bien-être des Français dépend principalement : d’une ambiance de travail bienveillante et conviviale (29 %) ; de la capacité des managers à reconnaître la qualité du travail effectué (13 %) ; d’égalité et de respect envers les salariés (11 %). L’humain est au cœur du sujet. Les salariés travaillent en équipe, et l’entente a un véritable impact sur le moral, la motivation et l’efficacité des salariés.

Une ambiance de travail bienveillante et conviviale

La bienveillance au travail se traduit par un management et des méthodes de travail adaptés à tous. Un manager doit être à l’écoute de ses employés et les aider à s’améliorer. Il doit prouver sa volonté d’impliquer chacun dans ses fonctions. Pour garantir le bien-être, les entreprises doivent également adapter l’emploi du temps de chacun et limiter les réunions tardives, afin que vie professionnelle et vie privée ne se chevauchent pas.

La bienveillance s’exprime aussi par le fait d’informer chaque employé des décisions et des changements importants opérés dans l’entreprise, par souci d’honnêteté et de transparence.

Des locaux chaleureux et accueillants avec des espaces de détente et de loisirs contribuent à une ambiance de travail conviviale. Organiser des repas en commun, pique-niques, apéritifs, ou autres sorties collectives permet de resserrer les liens entre les salariés et aider les nouveaux éléments à mieux s’intégrer.

Une reconnaissance de la qualité du travail effectué

Le manque de reconnaissance est la deuxième source de stress, après la charge de travail. Le défaut de reconnaissance ou le déni des difficultés rencontrées sont des causes de démobilisation, de mal-être et de contre-performance productive. Se sentir apprécié à sa juste valeur pour le travail accompli et les efforts fournis stimule la dopamine, hormone du bien-être. La reconnaissance incite également à rester dans une entreprise, même si le salaire n’est pas idéal. Le manager qui félicite un collaborateur sur ses qualités professionnelles suscitera également en lui un désir d’excellence et une envie de se surpasser.

Egalité et respect envers les salariés

L’égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans le travail implique le respect de plusieurs principes par l’employeur : interdictions des discriminations en matière d’embauche ; absence de différenciation en matière de rémunération et de déroulement de carrière ; obligations vis-à-vis des représentants du personnel (mise à disposition d’informations relatives à l’égalité professionnelle dans la base de données économiques et sociales, négociation) ; information des salariés et candidats à l’embauche et mise en place de mesures de prévention du harcèlement sexuel dans l’entreprise.