Mutuelles, le changement c’est maintenant

Ce 1er décembre, les règles de résiliation des mutuelles évoluent. Désormais, c’est quand on veut. Ou presque. On vous explique.

Vous souhaitiez changer de mutuelle mais vous avez encore raté l’anniversaire de votre contrat et vous êtes à nouveau parti pour une nouvelle année ? Tout ça c’est fini ! On vous explique tout sur le changement du 1er décembre pour votre mutuelle !

A quoi sert une mutuelle santé ? 

Tous les actes médicaux ne sont pas pris en charge à 100%. La mutuelle assure donc un complément de remboursements. Elle peut notamment s’avérer utile en cas d’imprévu de santé. Certaines offres proposeront plus ou moins de services qu’il faudra comparer et lire attentivement. Le but étant de choisir une couverture santé qui convienne à vos besoins réels pour payer le juste prix.

Le prix des complémentaires santé diffère en fonction de divers facteurs : le niveau de couverture choisi, le montant de vos revenus, votre âge, votre lieu de vie, si vous êtes salarié ou non salarié. 

Sachez d’ailleurs que si vous êtes salarié et que vous ne possédez pas déjà une complémentaire santé, votre employeur est dans l’obligation de vous en fournir une. Ainsi, la participation financière de l’employeur doit être au moins égale à 50 % de la cotisation, le reste à la charge du salarié et le contrat doit respecter un socle de garanties minimales. 

Quand puis-je changer de mutuelle santé ? 

A partir de ce mardi 1er décembre, il est possible de résilier son contrat à tout moment et sans frais à partir d’un an de souscription. Et cela pour toutes les mutuelles de santé privées, les mutuelles fournies par l’employeur ne sont pas concernées. Jusqu’à aujourd’hui, pour changer de mutuelle privée, il fallait le faire dans les jours précédant la date d’anniversaire de son contrat. Si ce n’était pas fait, les contrats étaient tacitement reconductibles et vous étiez contraint d’attendre une nouvelle année. Et si vraiment vous souhaitiez résilier avant la fin de l’année de votre contrat, certaines mutuelles appliquaient des frais supplémentaires. 

C’est dorénavant derrière vous ! Si vous estimez que votre mutuelle est trop chère ou pas assez couvrante pour tous vos frais, vous pourrez donc en demander la résiliation dès aujourd’hui. Dans un communiqué, le ministère de l’économie précise les modalités de résiliation. « Les assurés qui souhaitent résilier leur contrat peuvent entreprendre eux-mêmes les démarches ou bien se tourner vers leur nouvel assureur qui devra prendre en charge les formalités de résiliation »

Quelle démarche pour résilier mon contrat ? 

Pour mettre fin à un contrat avec une complémentaire santé, vous pouvez toujours envoyer une demande de résiliation par courrier, le mieux étant une lettre recommandée avec accusé de réception. Sinon, la plupart des mutuelles se numérisent et proposent de résilier depuis leur site internet ou par mail. Si vous choisissez une nouvelle mutuelle, vous pouvez demander à ce que ce soit elle qui prenne en charge les formalités liées à la résiliation. 

La mutuelle, qu’importe la démarche, choisie dispose d’un mois pour procéder à la résiliation et surtout pour rembourser l’éventuel surplus de cotisations versées. 

Quel avantage à ce changement ? 

En plus de la plus grande liberté pour les clients des mutuelles, la résiliation à tout moment pourrait être une aubaine pour le portefeuille. 

En effet, selon UFC-Que choisir, la simplification de la résiliation rapporterait un milliard d’euros de pouvoir d’achat aux clients des mutuelles. Car oui, une simplification des démarches implique plus de départs. Les mutuelles trop chères ou trop opaques seront délaissées si elles n’adaptent pas leur conditions et leurs prix. 

Interrogé par FranceInfo, Stanislas Di Vittorio, fondateur du site Assurland.com, un comparateur d’assurances, décrypte les conséquences de cette nouveauté. “Ça va conduire à une plus grande fluidité du marché, (…) et probablement que les assureurs feront peut-être un petit peu plus attention à vous »

Axa France rembourse 200 millions à ses assurés

Le géant Axa rembourse des cotisations. Offrir un soutien financier et matériel au personnel soignant…

Certaines entreprises clientes Axa France ont dû fermer pendant le confinement et se verront rembourser deux mois de cotisations.

Cela représente une redistribution de 200 millions d’euros pour Axa.

Premièrement, les artisans, commerçants et professions libérales dont le contrat arrive à terme verront, en plus de la mesure précédente, leur niveau de cotisation inchangé au renouvellement.

Ensuite, Axa s’est également engagée à doubler la somme que l’entreprise consacre à des actions de solidarité, la passant ainsi à 175 millions d’euros afin d’aider à la lutte contre le Covid-19.

Un soutien financier et matériel pour combattre le Covid-19

Ce fonds de solidarité permet notamment à Axa d’apporter une aide financière à ses entreprises clientes. Celles qui décident de basculer leur lignes de production vers la fabrication de masques et de gels hydroalcooliques. Le but : pallier les faibles stocks actuels.

Le Fonds Axa pour la Recherche avait contribué au financement des travaux de l’Institut Pasteur sur le Covid-19. Ce sont 5 millions supplémentaires qui ont été débloqués pour cette cause.

Par ailleurs, Axa fait don de 2 millions de masques à l’APHP.

Pas de recours au chômage partiel

L’assureur a décidé de ne pas recourir au chômage partiel. Il versera l’intégralité des salaires de ses collaborateurs pour que les aides de l’Etat aillent aux entreprises en difficulté. Bravo !

Retrouvez tous les engagements solidaires d’Axa sur leur site internet

Ski : s’assurer pour pas cher

Carte neige, Visa ou Mastercard, assurance civile… Comment éviter les doublons?

Avant de se lancer sur les pistes, un petit point assurance s’impose. Il y a de fortes chances que vous soyez déjà couvert grâce à votre multirisque habitation, votre assurance auto ou votre carte de paiement. Avant de souscrire une assurance spécifique, il convient de se renseigner auprès de son assureur habituel pour vérifier les garanties prévues dans votre contrat. La multirisque habitation (MRH) garantit en principe la responsabilité civile vie privée. L’assurance individuelle accidents prévoit certaines prestations lorsque vous êtes victime d’un accident. Les assurances scolaires peuvent, selon la formule souscrite, garantir les enfants en dehors de l’école et pendant les vacances scolaires. Enfin, la Garantie Accidents de la Vie (GAV) permet de vous assurer en cas d’accident rencontré dans votre quotidien, même si l’accident n’est pas provoqué par un tiers.

Carte bancaire et plafonds

Pour connaître vos garanties, consultez les conditions d’assurance et d’assistance de votre carte auprès de votre banque ou testez l’application mobile gratuite Fluo, elle recense pour chaque carte et chaque banque le niveau de la couverture. Vérifiez bien le plafond de remboursement des frais médicaux et de rapatriement sanitaire. Il est souvent de 11 000 euros pour une carte de base. Pour couvrir les frais dans certains pays, comme les Etats-Unis où la journée d’hospitalisation peut atteindre 8 000 euros, c’est insuffisant. Pour les cartes haut de gamme comme Visa premier ou Mastercard Gold, les plafonds sont au moins dix fois plus élevés que ceux des cartes de base. Toutefois, pour que cette garantie s’applique, il faut au moins avoir réglé les frais de séjour avec cette carte bancaire. Un conseil donc pour les couples non mariés : payez séparément. 

Carte neige et assurances spécifiques

Il existe des contrats d’assurance spécifiques pour couvrir tous les risques liés à la pratiques des sports d’hiver. Ce sont les garanties « neige » ou « sports d’hiver ».

Ce type de contrats est pertinent si vous n’êtes pas déjà couvert par un contrat d’assistance ou de garantie accidents de la vie. Vous pouvez également souscrire une assurance « Carte neige » au moment de l’achat du forfait aux remontées mécaniques. Cette couverture coûte de l’ordre de 15 à 20 euros par personne et par semaine. Selon la formule, cette assurance intègre une assistance rapatriement, une indemnisation des frais de secours ou encore le remboursement des frais médicaux non pris en charge par votre mutuelle ou du matériel cassé ou volé.

Accidents hors-piste : qui paie la facture?

Vous êtes un adepte de la poudreuse et du ski hors-piste ? Méfiez-vous ! En cas de problème, les assurances ne remboursent généralement pas les frais de secours et de rapatriement.

Le ski hors-piste fait souvent partie des exclusions d’un contrat ! En cas de problème, les frais de secours, de recherche et de rapatriement seront donc à votre charge. Mais tout dépend du lieu de l’accident : 

Si vous avez eu un accident dans un endroit hors-piste mais encore accessible grâce aux remontées mécaniques, la commune est chargée d’organiser les secours. Elle peut déléguer cette mission à un opérateur privé, généralement l’exploitant des remontées mécaniques. Depuis 2002, la municipalité peut vous demander le remboursement d’une partie des opérations (recherches, transport, etc.) qui lui sont facturés par les pisteurs secouristes. Les tarifs des frais de secours sont librement fixés par les communes et sont affichés en bas des pistes. À 90 euros la minute en hélicoptère, mieux vaut être bien assuré.

Si l’accident a eu lieu au-delà des remontées mécaniques en dehors du domaine skiable, le principe de la gratuité des secours en montagne s’applique. Les secours relèvent alors des services de l’État (sapeurs-pompiers, CRS montagne, gendarmes de haute montagne). Les frais de secours seront supportés par la collectivité. 

Vérifiez vos contrats d’assurance

En cas d’accident, une partie de vos frais médicaux seront remboursés par la Sécurité sociale. Mais avant de vous lancer sur les pistes, pensez à vous renseigner sur la couverture de votre complémentaire santé (prise en charge des soins annexes, assistance en cas d’immobilisation, etc.) et le cas échéant à souscrire des options.

L’assurance multirisque habitation comporte une garantie responsabilité civile indispensable si vous blessez quelqu’un ou provoquez des dommages.

Elle permet généralement d’assurer toute la famille (conjoints, enfants). Vérifiez cependant qu’elles vous couvrent si vous êtes à l’origine d’un accident en skiant hors-piste et adaptez votre contrat. 

Et si je déclenche une avalanche ?

Si vous pratiquez le hors-piste malgré une interdiction par arrêté municipal et que vous déclenchez une avalanche, vous engagez votre responsabilité individuelle. Vous pouvez être condamné à une interdiction de ski et à une amende. Par ailleurs, vous pouvez être poursuivi sur le plan pénal avec une peine de prison pour mise en danger de la vie d’autrui.