Enfin un vaccin contre le sida ?

Les essais cliniques d’un vaccin contre le sida, développé avec la technologie de l’ARN Messager de Moderna, ont débuté le 19 août.

On se souviendra du Covid comme d’une période étrange, quasi-irréelle, durant laquelle le monde a suspendu sa marche, les promesses d’un futur plus responsable et solidaire ont été faites et les relations sociales ont été bouleversées. Entre autres. Mais l’on s’en souviendra peut-être également comme du drame qui a permis de trouver la solution à d’autres maladies terribles, comme celle face à laquelle l’humanité est impuissante depuis 40 ans : le sida. En effet, les avancées colossales réalisées sur les vaccins à ARN Messager ouvrent aux chercheurs de nouvelles approches pour lutter contre la reproduction du VIH, le virus responsable du sida. L’institut américain Scripps s’est associé à Moderna pour développer un vaccin dont la première phase d’essais cliniques a déjà débuté.

Où en est la lutte contre le sida ?

Le sida est provoqué par le VIH. Actuellement, il n’existe pas de vaccin contre le VIH et on n’en guérit pas. Seuls deux patients, ayant bénéficié d’une greffe de moelle osseuse dans des conditions particulières, ont connu une rémission. Mais le protocole médical déployé pour atteindre ce résultat étant trop lourd, il ne faut pas compter sur cette méthode pour éradiquer la maladie. Un troisième patient a été présenté comme étant guéri du sida après plusieurs années d’un traitement expérimental. Ce traitement nécessite des études supplémentaires pour être validé. Pour l’instant, si on est infecté par le VIH, le patient doit prendre un traitement à vie pour stabiliser son état de santé et ne pas atteindre le stade du sida. 

Comment marche le vaccin contre le sida ? 

Comme on peut le lire sur le site de France Info, le prototype de vaccin développé par Scripps et Moderna fonctionne avec de l’ARN Messager. C’est-à-dire que le code génétique d’un élément du VIH est injecté dans l’organisme du patient afin que ce dernier fabrique lui-même cet élément dans le but de déclencher la réponse immunitaire. Ici, comme l’explique Futura-Sciences.com, l’ARN Messager de deux protéines va être inoculé : “Le premier code pour eOD-GT8 60mer, une protéine d’enveloppe déjà identifiée comme étant la cible d’anticorps neutralisants. Le second code pour une autre protéine constitutive de l’enveloppe, Core-g28v2 60mer.” 

Quel avenir pour le vaccin contre le sida ?

56 patients ont reçu une dose de ce vaccin, les résultats de la première phase d’essais cliniques sont attendus pour 2023. Viendront ensuite les phases 2 et 3 avant de pouvoir lancer véritablement le vaccin. Les scientifiques estiment que ce moment devrait arriver dans une dizaine d’années. En attendant, il faut continuer de se protéger.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>