Décès des frères Bogdanoff : la non-vaccination coupable ?

Non-vaccinés contre le Covid-19, les frères jumeaux Igor et Grichka Bogdanoff se sont éteints à 6 jours d’intervalle, suite à une contamination au Sars-Cov-2. Ces drames posent la question de l’efficacité des vaccins.

Les frères Bogdanoff, célèbres présentateurs de l’émission scientifique Temps X de 1979 à 1987 sur TF1 dans les années 80, sont tous deux morts à 72 ans en l’espace d’une semaine, terrassés par le Covid-19. Ils n’étaient pas vaccinés contre cette maladie. Pour autant, et il est important de le préciser pour ne pas leur prêter de fausses intentions, ils n’étaient pas antivax. C’est ce que les proches des deux frères précisent aux médias et à la presse, « Ils étaient complètement anti-médicaments. Ils ne se soignaient que par les plantes, mais ils n’étaient pas contre le vaccin.” La première réaction qui vient à l’esprit, c’est de se dire que le vaccin aurait pu empêcher cela. Mais peut-on mesurer l’efficacité de la vaccination contre le Covid-19 ? C’est ce que nous allons tenter de voir.  

La mortalité liée au Covid a-t-elle diminué depuis la vaccination ?

Depuis janvier 2020, l’épidémie du Covid-19 a frappé le monde entier. Deux ans plus tard le bilan est lourd, plus de 5 millions de personnes en sont mortes, dont plus de 120 000 en France. Afin de stopper cette vague, des scientifiques venant des quatres coins du globe se sont penchés sur la vaccination. A partir du mois de décembre 2020, des vaccins ont été proposés aux Français et plus de 50 millions de français ont pu recevoir leurs doses. Mais quel impact a eu la vaccination ? 

La démarche de vacciner la population semble avoir eu un effet concluant : plus le taux de vaccination est élevé et plus la mortalité est faible. C’est ce qu’explique le graphique réalisé par la Commission européenne. Cette représentation montre à gauche le taux de vaccination par Etat membre de l’Union Européenne, puis à droite la mortalité liée au Covid-19. On constate que 81% des adultes français sont vaccinés, et qu’il n’y a eu que 7 personnes décédées. Il est indiqué que les données de ce graphique ne couvrent qu’une période de quinze jours, mais d’après l’exécutif européen, ces chiffres illustrent une tendance “générale”. 

Lors de la première vague du Covid-19 c’est plus de 500 décès par jour du virus qui ont été recensé en France d’après cette étude de l’Insee, dont une semaine à environ 900 décès par jour. Depuis que la vaccination est devenue massive, les pics sont bien plus bas. On le constate notamment avec la quatrième vague qui n’a jamais atteint les 200 morts par jour en moyenne. Et pour l’instant, la cinquième vague reste dans les mêmes eaux, même si le très grand nombre de cas Omicron risque de faire grimper les chiffres, atteignant un pic que les spécialistes prédisent pour courant janvier et dont on attend de connaître l’importance. Le vaccin,associé à la meilleure prise en charge des patients en réanimation, semble avoir des effets positifs.

Quelle part de non-vaccinés en réanimation pour Covid ?

Face à l’augmentation des hospitalisations, les personnes non-vaccinées se retrouvent pointées du doigt. Le personnel soignant rapporte en effet que la plupart des patients hospitalisés pour le Covid-19 ne sont pas vaccinés. « C’est quand même rageant d’avoir tous les gens que je vois aux urgences, non-vaccinés. Si tout le monde était vacciné ici, on n’aurait pas de problème de places à l’hôpital, ni aux urgences, ni en réanimation », affirme le docteur Nicolas Bonté pour France 3 Provence-Alpes.

Lors de la conférence de presse donnée le 27 décembre 2021 pour annoncer les nouvelles restrictions face à la cinquième vague de Covid-19, le Premier ministre Jean Castex s’est montré radical “Dans tous les services de soins critiques, l’immense majorité des personnes hospitalisées avec des formes graves du Covid ne sont pas vaccinées ou n’ont pas de couverture vaccinale complète.” 

D’après la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), démontrent que les patients non-vaccinés sont largement plus exposés au Covid-19. Du 1er au 12 décembre, seulement 8% des plus de 20 ans n’étaient pas vaccinés. Ils représentaient pourtant 23% des tests PCR positifs, 55% des admissions en soins critiques et 40% des décès. Un nouvel article du Monde confirme l’immense part des non-vaccinés en réanimation.

A l’heure actuelle, plus de 49 millions de français sont entièrement vaccinés et près de 25 millions ont reçu leur dose de rappel. Ce qui fait de la France l’un des pays où la vaccination est la plus avancée. Au regard des chiffres évoqués plus hauts et de l’analyse des patients en réanimation, le vaccin semble bien efficace pour lutter contre les formes graves et diminuer la mortalité. C’est ce qu’explique Odile Launay, membre du comité vaccin Covid-19 et infectiologue lors d’un entretien pour France Inter : “On a beaucoup d’éléments pour dire que le vaccin fonctionne bien, y compris sur le variant Delta pour les formes graves.” 

Quelle est l’efficacité des vaccins contre le Covid ?

Depuis le début de l’épidémie, 124 212 personnes sont mortes du Covid-19 en France. Il apparaît donc clair qu’en l’absence de traitements préventifs efficaces, la vaccination soit le meilleur allié contre le Covid-19 à ce jour. Cependant, les professionnels de santé appellent à la vigilance et à la responsabilité de chacun en cette nouvelle année. En plus de la vaccination, il faut continuer de respecter les gestes barrières.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>