Cancer du sein : l’accès au Trodelvy élargi

Chaque année en France, plus de 50 000 cas de cancers du sein sont diagnostiqués. Environ 15% d’entre eux sont des cancers du sein triple négatifs, résistants aux thérapies habituelles. 

Depuis le 1er novembre 2021, un nouveau traitement contre le cancer du sein triple négatif est disponible en France. Son nom ? Le Trodelvy. Sa promesse ? Allonger la durée de vie des femmes qui souffrent de cette maladie.

Qu’est-ce qu’un cancer du sein triple négatif ?

Ce cancer constitue un groupe de tumeurs, qui sont caractérisées par l’absence de récepteurs hormonaux (œstrogènes et progestérone) et de la protéine HER2 à la surface des cellules cancéreuses, susceptible de répondre à une thérapie ciblée existante. Les risques de récidives sont donc élevés : 30% dans les trois ans qui suivent le diagnostic.

Qui peut bénéficier du Trodelvy ?

Jusqu’au 1er novembre, seuls de rares cas avaient droit à Trodelvy. Dorénavant, l’accès à ce médicament est élargi. Pour bénéficier du Trodelvy, les patientes doivent déjà avoir développé des métastases (cellules cancéreuses qui se répandent dans une autre partie du corps) et subi deux échecs de chimiothérapie. Jusqu’ici, pour venir à bout de cette forme agressive de la maladie, les solutions de traitements proposées étaient rares et peu efficaces d’après la Haute Autorité de Santé (HAS). 

L’espoir d’un nouveau traitement 

“La France a été le premier pays européen à pouvoir en faire bénéficier quelques patientes en attendant que la production soit plus importante; je peux vous confirmer qu’il sera autorisé en accès précoce et disponible en France à compter du 1er novembre 2021”, avait annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran, le 5 octobre dernier. 

Mis au point par le laboratoire américain Gilead, ce traitement de pointe est désormais accessible pour les 9000 patientes françaises atteintes de ce cancer très agressif, qui représente 15% des cancers du sein aujourd’hui. Désormais, allonger sa durée de vie grâce au Trodelvy est un espoir concret et très attendu par de nombreuses associations de lutte contre le cancer du sein.

Pour savoir comment dépister le cancer, vous pouvez regarder notre vidéo.

“Revolve Air” : le fauteuil roulant réinventé

Que ce soit pour prendre la voiture, le train ou encore l’avion, les voyages pour les personnes en situation de handicap moteur sont rendues difficiles par le manque d’accessibilité. Cela pourrait-il changer grâce à la nouvelle innovation “Revolve Air” ?

Inventée par Andrea Mocellin, fondateur de Revolve Wheel, le progrès de l’accessibilité mobile continue ! Cette année, l’entrepreneur italien propose un concept ultra moderne : un prototype de fauteuil roulant adapté aux restrictions des bagages cabine.

“Revolve Air”, une avancée révolutionnaire 

Aujourd’hui, une personne en fauteuil roulant doit arriver à l’aéroport avant tout le monde et quitter l’avion en dernier. Il faut enregistrer son fauteuil roulant comme bagage en soute, demander un fauteuil temporaire et disposer d’une assistance pour monter à bord… C’est en moyenne 3 heures de perdues dans un voyage simple régulier en avion. Pour Andrea Mocellin, continuer de concevoir la mobilité pour améliorer le quotidien des gens est fondamental : “Ma motivation est toujours d’améliorer la mobilité dans la vie quotidienne et la façon dont les personnes handicapées ou non se déplacent”. 

En apparence, le fauteuil est de taille classique et muni de roues et de cadres en fibre de carbone. Qu’est-ce qui change vraiment ? La possibilité de replier les roues, un système aussi facile que “replier un parapluie” selon Andrea Mocellin. Un gain de place non négligeable, car avec cette nouvelle aide technique, le fauteuil occupe 60% de place en moins qu’un modèle ordinaire et peut rentrer dans les limites de tailles autorisées pour les bagages en cabine (soit 55x35x25cm en France) 

“Revolve Air”, temps optimisé et indépendance 

Grâce à ce modèle, plus besoin d’enregistrer son fauteuil avant le vol, fini les longues attentes à l’aéroport pour attendre son bagage. Au-delà du gain de temps, le “Revolve Air” a d’autres avantages : sa version finale devrait peser seulement 9 kilogrammes. 

Un poids en moins et un sentiment de liberté pour ses utilisateurs qui peuvent s’occuper eux-mêmes de leur fauteuil pour encore plus d’indépendance, ce qui est rarement le cas quand on est en situation de handicap moteur. C’est ce que son créateur explique lors d’une interview pour la presse allemande : “Ce n’est pas seulement le design, mais aussi l’expérience qui fait le succès d’un produit. Mon rêve est de créer un véhicule qui fasse partie de l’instinct humain et qui soit complètement intuitif à utiliser, sans avoir besoin d’instructions ou d’un manuel d’utilisation.”

“Revolve Air”, une commercialisation prévue pour 2022 

Actuellement à la recherche d’investisseurs et de partenaires pour faire tester ce fauteuil moderne à des clients potentiels, l’innovation “Revolve Air” fait déjà l’objet d’un brevet. Son élaborateur a pour ambition de commercialiser ses premiers modèles d’ici l’année prochaine. À suivre ! 

TikTok : l’appli qui crée des tics

Lieux d’évasion essentiels depuis les couvre-feux, les réseaux sociaux et leur usage intensif ne sont pas sans risque. L’apparition d’un nouveau phénomène qui touche les jeunes filles sur la plateforme TikTok inquiète les médecins. 

On l’appelle le “Tic Tok”. Récemment, des chercheurs ont constaté une hausse de tics nerveux chez les jeunes utilisatrices de l’application de partage de vidéos TikTok, pouvant même aller jusqu’à l’apparition de symptômes du syndrome Gilles de la Tourette. 

Une trend TikTok sur une maladie

Ces derniers mois, des vidéos populaires mettaient en scène des personnes atteintes du syndrome Gilles de la Tourette qui parlaient de leur maladie. Dans le même temps, des hôpitaux pédiatriques du monde entier reçoivent de plus en plus de patientes atteintes de tics nerveux : tics sonores, mouvements brusques de la tête et des épaules. Une montée soudaine de diagnostics qui inquiète les professionnels de santé car, habituellement, ce sont les garçons qui sont concernés par les tics et non les filles. 

“Tic Tok”, les utilisatrices uniquement concernées 

Face à cette situation anormale, trois médecins anglais du Great Ormond Street Hospital For Children ont étudié ces cas et leur verdict est sans appel : le lien entre ces symptômes et les jeunes femmes est l’utilisation de TikTok. On appelle ce phénomène “Tic Tok”. Et pourquoi uniquement des jeunes femmes ? Parce que les statistiques révèlent qu’en Europe elles représentent 65% des utilisateurs, soit 2 TikTokeurs sur 3.

“Tic Tok”, des conséquences graves ?

Si les jeunes présentent des symptômes de cette maladie neurologique, les pédiatres se veulent rassurants et affirment qu’elles ne peuvent pas être véritablement atteintes du syndrome Gilles de la Tourette. Néanmoins, elles ont toutes développé un trouble fonctionnel du mouvement qu’il faudra traiter en thérapie. C’est pourquoi les médecins sont clairs, il est peut-être temps de faire une pause dans cette application qui est utilisée en moyenne 48 minutes par jour.  

Bisu Body Coach : un labo à la maison

Depuis le début de la pandémie mondiale du Covid-19, la télésanté s’est démocratisée. Dernière innovation en date, le Bisu Body Coach, un nouvel appareil de santé expérimental. Sa promesse ? Analyser son hygiène de vie soi-même. 

Entre les consultations à distance avec des professionnels de santé et les prises de rendez-vous rapides, se faire soigner à domicile n’a jamais été aussi simple ! L’entreprise japonaise Bisu propose de faire soi-même des tests salivaires ou urinaires à domicile. Bien plus simple qu’une consultation en visio, ce projet de technologie médicale permettrait d’améliorer son hygiène de vie rapidement. Zoom sur cette nouveauté. 

Bisu Body Coach, comment ça marche ? 

Présenté sous forme de boîtier rectangulaire, le Bisu Body Coach contient une tige sur laquelle on dépose quelques gouttes salivaires ou urinaires. Une fois l’échantillon analysé, il suffit de se servir d’une application pour pouvoir accéder au résultat. Grâce à ça, le Bisu peut vous faire des recommandations sur votre hygiène de vie : nutrition, activité physique et conseils pour compenser certaines carences. 

Bisu Body Coach, un appareil de santé expérimental 

Avec ses bandelettes microfluidiques, le Bisu peut analyser précisément un échantillon. Bien plus développées que les anciennes bandelettes réactives, elles sont insérées dans un lecteur qui étudie la tige en utilisant la spectrométrie, une technique analytique puissante permettant d’analyser des composés organiques. Ainsi, le test est en mesure d’évaluer votre pH, l’hydratation et vos taux de vitamine C, de calcium, de magnésium, de sodium, de potassium, de cétones et d’acide urique.

Bisu Body Coach, des résultats sur smartphone 

Pour découvrir ses résultats c’est très simple, il faut synchroniser le Bisu Body Coach sur une application mobile, qui présente alors en détails les relevés des analyses. Cependant, il est recommandé de refaire le même test pendant 3 jours pour obtenir un résultat fiable. Pour aller plus loin, la société Bisu a annoncé la mise en place de futurs outils pour mesurer la vitamine B et le zinc. 

Bisu Body Coach, rendez-vous en 2022 

En 2022, le Bisu Body Coach sera d’abord commercialisé aux Etats-Unis et en Europe, puis en Corée du Sud et au Japon d’ici deux ans. Pour l’instant, il est prévu que l’appareil ne soit disponible qu’en anglais, son prix devrait avoisiner les 1000 euros. C’est, semble-t-il, le prix à payer pour analyser rapidement son état de santé et se reprendre en main sans attendre.